La honte, psychanalyse d’un lien social

C’est une honte ! Derrière cette formule impersonnelle se cache un sentiment trop pénible pour être reconnu et énoncé comme tel. Pourtant, ce livre montre comment, à côté des hontes paralysantes et déstructurantes, il existe aussi des hontes positives et structurantes. Il pose ainsi les bases d’un traitement psychanalytique valable également pour d’autres états affectifs douloureux liés à des événements tragiques. Serge Tisseron illustre son propos par de nombreux exemples : extraits d’interviews, de cas cliniques et d’œuvres littéraires, et par l’étude de situations concrètes génératrices de honte - le racisme, la maladie, mais aussi le non-respect des enfants, leur utilisation à des fins sexuelles, ou encore les hontes vécues par les parents et dont les enfants doivent assumer l’héritage.
Les démons de l’affiliation, ajouté en forme de postface à la présente édition, élargit ces considérations à la place que prend la honte dans tout mouvement d’affiliation et de désaffiliation, et les conséquences qui en résultent lorsqu’une société entière est engagée dans la marginalisation, puis l’extermination d’un groupe humain.
Cet ouvrage, qui montre comment le sentiment éprouvé de la honte constitue à la fois un lien social et un lien entre les générations, intéressera non seulement les psychologues et les psychanalystes, mais aussi les sociologues, les travailleurs sociaux et tous ceux qui s’interrogent sur l’articulation des phénomènes subjectifs et collectifs.